Ce site utilise des cookies pour l'améliorer. Continuer la navigation sur ce site implique votre acceptation.

 

Décédés de l'ATDM34

Colonel (er) Paul Navarranne

Nous étions nombreux, amis, voisins, paroissiens et membres d’amicales d’anciens combattants, venus saluer une dernière fois le professeur Navarranne. Un hommage particulier lui a été rendu par le père Girard, insistant sur la foi profonde du défunt… par la présidente de l’ANAAI, le remerciant pour son action à la tête de cette association pendant de longues années… par le secrétaire ( ?) de l’académie des sciences de Montpellier dont Paul Navarranne était membre.

16 drapeaux d’association portaient témoignage de l’attachement du monde combattant au col Navarranne. Dans la masse des anonymes, on pouvait reconnaître Mr Fontès (ancien ministre des AC) et de nombreux généraux.

Notre amicale était présente avec son président, son drapeau et une forte délégation.

Rappel de la carrière du professeur Navarranne : formé à l’Ecole de Santé Navale de Brest, Paul Navarranne a été médecin volontaire pour servir en OFLAG en Allemagne pour soigner les prisonniers. Il a exercé en Indochine et à Madagascar et enseigné à l’Ecole de médecine tropicale de Toulon.

Au cours de sa deuxième carrière civile, outre des responsabilités médicales, il s’est engagé en politique (secrétaire général du RPR pour l’Hérault), conseiller général. Il s’est, par la suite, fortement impliqué dans le monde AC et en particulier à la tête de l’ANAI/section départementale.

Le professeur Navarranne était un chaud partisan de « l’action globalement positive de la France dans son ancien empire » ; il n’hésitait pas à le dire et à argumenter publiquement. Dans le cadre de l’ANAI, il a fait baptiser places, rues et monuments dans de nombreuses communes en hommage aux « Anciens d’Indochine ».

Fidèle à son calot de la coloniale qu’il portait fièrement, notre ancien n’était pas un béni « oui oui ». Membre du CEACH, il savait y faire entendre son point de vue avec vigueur et quand il commençait sa répartie par « mon cher ami », on pouvait s’attendre à un propos musclé !

Mon colonel, pour nous, les TDM34, vous étiez une référence morale et un exemple. Avec nos respects, adieu.