Ce site utilise des cookies pour l'améliorer. Continuer la navigation sur ce site implique votre acceptation.

 

Décédés de l'ATDM34

Général Renè Ruggieri

Gal_Ruggieri_Rene

René RUGGIERI nous a quittés le 19 avril 2002.

Depuis quelques mois il se savait très malade. Il n’était pas seul. La Jeanpierre veillait. Christian MERCIER, Henri COSTE étaient là et attentifs.
Nous avons pu ainsi battre le rappel des Petits cos, dire ADIEU à René et entourer sa famille, le 22 avril à Montpellier, le 25 à Paris.

Compte rendu de Christian MERCIER

Le 23 avril une bénédiction est donnée au complexe funéraire de Grammont à Montpellier. Elle est précédée par une cérémonie présidée par le Général de division Michel POULET commandant l’Ecole d’Application de l’infanterie de Montpellier, durant laquelle les honneurs militaires sont rendus à notre camarade.
Le Général Forcin retrace la vie de Ruggieri.
La promotion Lieutenant-Colonel Jeanpierre est représentée par : Jean-Luc BROUSSE, Jacques CHANTREAU accompagné de son épouse, Henri COSTE, Luc FLIPO , Philippe GEOLLOT, René HUGUENIN, Bernard MAURAISIN, Christian MERCIER, Daniel SORNAT, André SOULIER.
Coste a déposé une palme au nom de l’Epaulette.
L’Amicale des TDM et AC d’outre-mer de l’Hérault a offert une plaque-souvenir.
Parmi les couronnes, on note celle du Général commandant l’EAI, celle de I’AATDMACOM 34, celle des officiers de la Jeanpierre.
Cette bénédiction sera suivie des obsèques religieuses, le 25 avril, en l’église Sainte Claire à Paris.

Christian MERCIER retrace sa carrière

Hené RUGGIERI est né le 14 août 1935.
Il débute son Service en 1956 à I’ESOA de Saint Maixent.
En France métropolitaine il sert au PPMIA de Strasbourg, à Coëtquidan, au GITDM de Fréjus, à l’EAI de Montpellier, à I’ESG (Paris), à I’EMFAR.
Outre-mer, où il passe 15 années sur les 36 de son service sous les armes, on le retrouve en Nouvelle-Calédonie, à Djibouti, en Côte d’Ivoire, au Tchad, au Liban, au Gabon.
I! quitte te Service actif en 1992 avec le grade de Général de brigade. Durant sa carrière il tient des postes de Commandement, en Ecoles, à l’Administration Centrale, Il est BEMS,BP.
Officier des Troupes de marine il est officier de la Légion d’Honneur, chevalier de l’Ordre national du Mérite, Croix de la Valeur militaire avec 2 citations (Armée, Division), Médaille d’Outre-mer, Il est également chevalier des Ordres nationaux Ivoirien et Gabonais, commandeur de l’Ordre du Cèdre du Liban.

ALLOCUTION DU GENERAL (CR) R. FORCIN

Ensemble, nous avons parcouru quelques étapes de la vie et de solides relations d’activité se sont établies entre nous. C’est ce qui me vaut aujourd’hui, le bien triste honneur de vous parler de mon ami le Générai René Ruggieri et de lui adresser quelques paroles en guise d’adieu.
Le Général René Ruggieri, homme très sensible, mais au caractère bien trempé, aujourd’hui pleuré parles siens, et dont le départ nous emplit de tristesse, a été tout au long de sa vie un homme de devoir et un homme de cœur
Homme de Devoir, il l’aura été au cours d’une magnifique carrière, commencée en 1956, comme soldat, et achevée 36 ans plus tard, en 1992, avec le grade de Général de brigade. Je ne citerai pas toutes ses affectations, en métropole comme outre-mer, tellement elles furent nombreuses, mais je rappellerai que l’élève-officier Ruggieri reçut l’épaulette à Coëtquidan, avec la promotion de l’ESMIA Colonel Jeanpierre et qu’à sa sortie, un brillant classement lui permit de choisir l’arme des Troupes de marine. Ce fut pour lui l’épanouissement et l’ouverture vers le seul milieu qui correspondait à sa profonde vocation en lui garantissant une vie intense, dynamique et pleine d’imprévus. Ce ne fut pas une carrière de tout repos, ni sans danger, comme à Beyrouth où en 1986, il eut à succéder à l’Attaché de Défense près l’Ambassade de France, qui venait d’être assassiné. Le capitaine Ruggieri a servi sous mes ordres, à Fréjus, dans les années 70, alors qu’il effectuait son temps de commandement. C’était un remarquable commandant d’unité, exigeant pour ses subordonnés comme pour lui- même, obtenant l’adhésion de tous. Parmi ses pairs, par son exemple, il créait une saine émulation. Ses appréciations élogieuses, il les a méritées tout au long de sa carrière, tant dans la troupe qu’en état-major. En marge de ses activités, il ne cessa jamais d’améliorer ses connaissances. Il fut diplômé de l’Ecole d’Etat major et breveté de l’Ecole supérieure de guerre. Titulaire de 2 citations dont une â l’Ordre de l’armée, il est chevalier de l’Ordre national du Mérite et officier de la Légion d’Honneur.
Le Général René Ruggieri fut un homme de cœur.
Maintenant, mon cher René, il me faut entrer dans ton jardin secret; tu m’en pardonneras, toi qui nous a peu habitués aux confidences et à l’étalage de tes états d’âme.
Homme de cœur, tu l’auras été avec les tiens, tes frères et sœurs, leurs familles, ta sœur religieuse en Afrique que tu aimais tant visiter. Tu leur portais à tous une indéfectible affection.
Homme de cœur tu l’auras été pour tes enfants que tu chérissais tant : Béatrice, Jean-François et sa famille. Je suis sûr que maintenant, près du Père, tu veilles sur eux.
Homme de cœur, tu l’as été en permanence pour cet étranger, homme de toutes races, placé sous ton commandement, ou encore pour celui que la Providence a placé sur ta route. Je pense, à cet instant, à Julio, l’Espagnol que tu as accompagné, soutenu pendant 30 jours, sur les 900 km du chemin de Saint Jacques de Compostelle, et ça, très souvent, en dépit de ta propre fatigue. Il te porte encore reconnaissance pour ton aide. Hier, il a été bouleversé, profondément bouleversé, à l’annonce de ton décès.
Enfin, mon cher René, pour terminer, je parlerai de Claudette, dont le départ accidentel fut la tragédie de ta vie. Tu es maintenant à ses côtés, près du Père. Je sais qu’il t’a fallu de longues années, après son départ, pour retrouver une entière sérénité enfin acquise avec Eliane et dont, emporté par le destin, tu n’as pas pu profiter aussi longtemps que tu le souhaitais.
Mon cher René, que Dieu te garde. Qu’Il te donne le repos et la paix. Adieu, mon ami.