Ce site utilise des cookies pour l'améliorer. Continuer la navigation sur ce site implique votre acceptation.

 

www.atdm34.net

Décédés de l'ATDM34

Marcel RIVIERE REICHENBACH

Marcel RIVIERE REICHENBACH est décédé le 1er mars 2012

sgt_riviere_reichenbach_marcel

Rappel de carrière :

Août 1944 FFI
EVDG 80°RI 4°DMM
Algérie, Allemagne, Autriche
1947/50 6° RIC Indochine
1950 Instructeur CIP Fréjus
1951/54 BM du 21° RIC en indochine
1954 Arméee vietnaminne instructeur guérilla
1955 1/2 Brigade para Bayonne
1958 CM11 Melun, chef comptable

Décorations

CH/LH, MM, CG 39/45, TOE (4 Citations)

Articles rédigés par Michel Bain au titre de l'association des décorés de la légion d'honneur au péril de leur vie :


Rappel de la carrière militaire du sergent de la Coloniale Marcel Rivière

Notre ancien, Marcel Rivière, s’est éteint au Centre hospitalier de Fenailles (Séverac le Château) le 1er mars 2012 dans sa 87ème année.

Aveyronnais « pure souche » des Cannabières (commune de Salles Curan), il avait interrompu ses études et rejoint le maquis en 1944.

Séduit par le métier des armes et épris d’aventure, il s’engage dans la Coloniale et part en Indochine pour un premier séjour (1947/1949) au Tonkin, au 6ème RIC.

Après une année en France au 3ème RIC à Maison Laffitte, il repart pour un 2ème séjour en Indochine (1950/1953) au 21ème RIC.

Sa brillante conduite au feu comme chef de groupe, chef de section ou à la tête de partisans dans le secteur de Nam Dinh ou sur la frontière de Chine, lui vaut d’obtenir 6 citations élogieuses, la Médaille Militaire, et, des années plus tard, d’être fait Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur.

Marcel quitte l’Armée peu de temps après  son retour en métropole et va poursuivre des études philosophiques en Suisse. Il y rencontre son épouse et travaille comme relieur.

A la retraite, il se retire aux Cannabières. 

Veuf depuis quelques années, notre camarade avait conservé un très fort attachement avec le Vietnam, gardait pieusement le souvenir de son épouse, heureux de vivre dans son cadre ancestral, entre promenades avec son chien, lectures, et discussions avec voisins et amis.

Marcel Rivière a fait honneur aux armes de la France, à la Coloniale et sa famille et ses amis.

Article rédigé par Michel Bain au titre de l'association des décorés de la légion d'honneur au péril de leur vie :

 UN VRAI ET « VIEUX » SOLDAT NOUS QUITTE

C’est avec beaucoup d’émotion que notre Section DPLV du Languedoc Sud vient d’accompagner dans sa dernière demeure notre « vieil » ami Marcel RIVIERE. Au moins, du haut du Ciel dont il nous regarde désormais, il a pu se rendre compte de la trace indélébile qu’il a laissée parmi nous.
D’abord, comme il a fait sa carrière militaire dans la « Colo », une importante délégation de l’Amicale des TDM, conduite par le Colonel(E.R) Vincent RABOT, était présente aux obsèques; il faut y ajouter les présidents délégations et drapeaux des associations patriotiques locales ( Comité d'entente de Millau, SEMLH, Médaillés militaires, ONM, Retraités militaires, combattants de moins de 20 ans, Anciens d'Indochine) et de nombreux amis de ce petit coin de France où il avait su se créer des liens solides.
Les cérémonies ont eu lieu en présence de membres de sa famille et de celle de son épouse.

Oui, en effet, Marcel RIVIERE, s’est éteint au Centre Hospitalier de Séverac le Château le 1° mars 2012.
Aveyronnais de pure souche, Marcel s’était replié là, après une carrière militaire, bien remplie, depuis son engagement dans le maquis en 1944, puis celui dans la Coloniale où il s’illustra brillamment, surtout en Indochine. Cité cinq fois dont une fois avec palme, titulaire de la Médaille Militaire, puis fait chevalier de la Légion d’Honneur, il était le type même du combattant courageux, efficace, mais toujours modeste.
Il vouait un véritable culte à cette Indochine où il avait « décroché » toutes ses médailles. Revenu en Métropole, il va suivre des études de philosophie en Suisse où il rencontrera celle qui deviendra son épouse Avec elle il se replie sur les Canabières dans l’Aveyron, et depuis son veuvage, il vivait paisiblement dans ce cadre ancestral, promenant son chien fidèle, discutant avec ses voisins et amis et recevant avec beaucoup de joie les visites amicales que la Section lui rendait de temps en temps, malgré l’éloignement. Quelques jours avant son décès, Michel Bain et Guy Meunier, un de ses vieux amis depuis soixante ans, venaient de lui rendre une visite, à l’hôpital, sans illusion sur son décès qui allait survenir bientôt.

Au cours de la cérémonie, que l’Association avait organisée et à laquelle notre Section, grâce au dévouement de Michel Bain, de Meunier et de Jacques Bouthier a participé, un bref rappel de son passé militaire a été lu par Roger Fiorio, Président de Section DPLV, puis Mme Ourieux,le pasteur protestant, nous a invité à réfléchir sur la condition humaine. La salle était bien remplie, par tous ceux, voisins ou amis, qui avaient pu faire le déplacement, malgré le froid glacial dans cette arrière pays au climat rude, et ou pourtant Marcel avait vécu heureux jusque là. Entouré, dans son cercueil, par les nombreux porte Drapeaux des DPLV de la Coloniale et des Associations patriotiques locales, Marcel, a pu, depuis le Ciel, espérons le, entendre l’hymne des Troupes de Marine entonné par l’assistance, accompagné par la trompette de Shira , membre des TDM.
En fin d’après midi, accompagné de fidèles, comme Bain, Bouthier ou Meunier, pour ne citer que les membres des DPLV, ses cendres a été déposées au cimetière des Canabières, village qu’il aimait tant au cours d'une brève cérémonie. Le colonel Paul Chassagneux , président de l'ATDM34 a évoqué les derniers moments de convivialité vécus avec le défunt... Lecture de poèmes, ultime prière... sonnerie aux Morts, refrain de l'extinction des feux...

Mon cher et vieil ami, Marcel Rivière, nous te regretterons toujours et que Dieu te garde auprès de lui ; et si tu jettes de temps en temps depuis le Ciel, un oeil amical sur nous, sache que nous le ressentirons certainement.

Adieu, Marcel !